Long indépendant, plusieurs questions mixage festival

Théorie et pratique du mixage cinéma, télé, radio, théâtral, événementiel, et multimédia (internet et jeu vidéo), du mono au multicanal.
Eliotbt
-20 VU
-20 VU
Messages : 3
Inscription : 20 nov. 2021, 10:55

Long indépendant, plusieurs questions mixage festival

Message non lu par Eliotbt »

Bonjour à tous !

Prenant un peu d'avance sur le projet je me suis mis à me renseigner sur le mix audio et les paramètres nécessaires pour la diffusion. Sujet passionnant ! Ce qui devait m'occuper que quelques heures un soir le temps de faire des rendus et exports vidéo, c'est transformé en plusieurs jours de recherches et d'assimilation de ces nouvelles informations, le tout provenant en très grande partie de ce site pour ce qui concerne les recherches en français.

Sauf que même si je sors instruit de ces nombreuses heures de recherches, j'ai finalement encore plus d'interrogations sur mes besoins initiaux !

Alors voilà la situation : Je suis sur le dernier tiers des prises de vues et du montage vidéo d'un petit long métrage de fiction (~70 minutes). Projet personnel sans grandes ressources financières je compte donc, si possible, faire le montage et le mixage sonore moi même. La cible est avant tout les festivals 2022 (donc envoie numérique ou USB/DVD puis souvent DCP si sélectionné). Plein de questions

1- Habitué à la suite adobe, est-ce envisageable de ne passer que par Premiere/Audition ?

2- J'ai découvert qu'apparemment tout existait en cinéma "indépendant", Mono, Stéréo, LCR etc.. J'étais parti sur LCR, déjà au courant de l'importance de la sortie centrale en cinéma, et aussi parce que ça correspondait à mes besoins. Cependant j'ai ensuite cru comprendre qu'un simple Stéréo ne posait pas de problèmes en salle puisque les équipements recentraient sur les enceintes d'écran. Enfin j'ai aussi appris que des mix 100% mono existent encore (Woody Allen). Je comprends bien que tout ça relève avant tout d'intentions artistiques, et donc si un simple stéréo se passe si bien en salle alors ça pourrait m'aller.
Pouvez vous donc me confirmer la justesse de tout ce qui est dit ici ?

3- J'ai cru comprendre qu'il fallait sortir tout ça en 5.1 pour la plupart des supports. Si cela est vraiment nécessaire, n'y a t il pas de problèmes à juste remplir les canaux stéréo et laisser les autres vides dans ce genre d'exports ?

4- Existe t il des règles de niveaux à respecter ?

5- J'ai bien conscience qu'un boulot impeccable et propre aux différents supports visés ne sera pas dans mes compétences. L'idée est avant tout ici de trouver le meilleur moyen de sortir quelque chose de correct pour au moins réaliser les inscriptions en festivals. Peut être qu'un mix pro pourrait venir ensuite. Si tel devait être le cas, y a t il des choses que je dois respecter dans mon montage son Adobe pour éviter à l'hypothétique mixage pro de repartir de zéro ?

Merci infiniment,
Avatar de l’utilisateur
Rhodes
-10 VU
-10 VU
Messages : 128
Inscription : 06 mai 2020, 20:25
Localisation : Marseille

Re: Long indépendant, plusieurs questions mixage festival

Message non lu par Rhodes »

Hello !

Effectivement pas évident de se retrouver dans tout ça quand on est pas du métier du son ! Je vais tenter de t'éclairer :

1 - Aucun logiciel de montage film n'a réellement toutes les compétences pour le son, ou alors avec une ergonomie très moyenne, Premiere est à bannir. Quant à Audition, ça fait très longtemps que j'ai lâché mais ça doit faire l'affaire et surtout ça te simplifiera le workflow et ça te gardera dans un environnement que tu maîtrise donc.

2 - La vraie question est : fais-tu le choix du stéréo parce que tu n'as que deux enceintes / un casque, ou que les autres configurations te semblent hors de ta portée, ou le fais-tu par choix artistique ?
J'aurai tendance à privilégier le LCR, car oui on isole la voix et les présences (frottements des vêtements, etc) au centre en configuration cinéma.
Le LCR te permettra surtout je pense, dans ton cas, d'isoler la voix et donc de réduire la proportion de "pollution" qu'un mixage inexpérimenté pourrait y apporter.

3 - Il est demandé un 5.1 pour la diffusion dans les festivals, et non cela ne pose pas de soucis de laisser vide les canaux non utilisés, mais le 5.1 doit être présent.

4 - L'avantage du cinéma est qu'aucune norme n'existe en théorie. Mais la principale règle est d'écouter fort, et si possible dans un grand espace pour se représenter correctement le "déploiement" des sons et de leurs fréquences et dynamiques dans un espace analogue à une salle de cinéma.
Je me doute que tu ne dois pas avoir accès à ce genre de salles donc :
- Écouter fort, sur des enceintes de qualité au moins musicale (pas des enceintes Hercules achetées à Carrefour) ;
- S'assurer que tout est intelligible ;
- Assumer ses choix artistiques et ne pas faire de "demi-mesure".

5 - Il est fort probable qu'un mixeur professionnel arrivant après dans le projet finisse par demander que le montage son soit repris du début pour des raisons de qualité du traitement de la voix au montage des directs, ainsi que de qualité et surtout de quantité de la matière apportée.
Et ce d'autant plus si tu fais le choix de peu de canaux (LCR ou stéréo voire mono) par manque de moyens techniques ou de connaissances, et qu'ensuite tu souhaites plus de canaux (il faut à ce moment plus de matière, je simplifie mais c'est l'idée).

Je donne souvent des conseils dans une communauté de créateurs amateurs de fictions sonores, donc je n'ai pas trop eu à me mordre la joue en écrivant ces lignes. Mais tu dois te douter qu'en tant que professionnel, il est difficile pour moi de facilement cautionner de ne pas laisser un professionnel s'occuper de ces tâches.

Le montage son et le mixage, surtout pour un long métrage à des visées de festival (donc professionnelles) sont les tâches de professionnels disposant de matériel adapté. Ce n'est pas par défense de notre pré-carré mais surtout pour pouvoir rendre au mieux justice au travail qui a été fait précédemment dans le projet.

Le spectateur peut s’accommoder de problèmes d'image, rarement voire jamais de problèmes de son.

Rod.
MarcV
0 VU
0 VU
Messages : 1057
Inscription : 24 oct. 2007, 19:08

Re: Long indépendant, plusieurs questions mixage festival

Message non lu par MarcV »

Rhodes a écrit : 21 nov. 2021, 21:02Le spectateur peut s’accommoder de problèmes d'image, rarement voire jamais de problèmes de son.
Tu parles...
J'ai été voir très récemment un film dans une salle quasiment neuve (- de 3 ans) et dès les bandes annonces et pub on se rendait compte que le canal L ne fonctionnait pas et que les surrounds étaient globalement bien trop présentes.
Verdict : Tout le monde s'en fout ou ne remarque pas le problème, y compris ma compagne qui "n'était pas sûre de percevoir le problème, même en lui pointant du doigt (musique full right)".
Le spectateur est bien plus sensible à des problèmes d'images que de son, c'est une certitude.
Avatar de l’utilisateur
Rhodes
-10 VU
-10 VU
Messages : 128
Inscription : 06 mai 2020, 20:25
Localisation : Marseille

Re: Long indépendant, plusieurs questions mixage festival

Message non lu par Rhodes »

MarcV a écrit : 21 nov. 2021, 22:31
Rhodes a écrit : 21 nov. 2021, 21:02Le spectateur peut s’accommoder de problèmes d'image, rarement voire jamais de problèmes de son.
Tu parles...
J'ai été voir très récemment un film dans une salle quasiment neuve (- de 3 ans) et dès les bandes annonces et pub on se rendait compte que le canal L ne fonctionnait pas et que les surrounds étaient globalement bien trop présentes.
Verdict : Tout le monde s'en fout ou ne remarque pas le problème, y compris ma compagne qui "n'était pas sûre de percevoir le problème, même en lui pointant du doigt (musique full right)".
Le spectateur est bien plus sensible à des problèmes d'images que de son, c'est une certitude.
On s'est mal compris. Je parlais d'erreurs grossières de mix.

Une image dégueu, qui saute, les gens s'en rendront compte bien évidemment, on en fera les choux gras de la presse et des réseaux sociaux.
Par contre, un centre mille fois trop fort qui arrache les oreilles à la moindre sibilance, une fréquence horrible qui tourne, un son grésillant, ou j'en passe pourront carrément faire quitter la salle (et j'ai aussi des expériences pour appuyer mes dires mais cela ne me semble pas pertinent de les détailler).

Je ne parlais ni de problèmes de routing ni des soucis techniques des salles qui souvent, c'est vrai, ne sont pas perçues par le spectateur lambda.

Et tu cite un exemple sur une variété où le spectateur lambda pourra malgré tout se faire la remarque que "tiens y'a un soucis" même si il ne mets pas de vocabulaire technique dessus.

J'essayais surtout de mettre en avant que notre travail est une succession de couches d'actes techniques et d'expérience, de matériel adapté et de vérifications diverses qui font un résultat gratifiant pour l'ensemble du travail réalisé, et audible pour le spectateur.
J'essayais surtout d'attirer l'attention de l'OP sur ces sujets, je ne faisais pas d'étude de la réception du son en salles, sinon j'aurai sourcé mes dires.

Rod.
Eliotbt
-20 VU
-20 VU
Messages : 3
Inscription : 20 nov. 2021, 10:55

Re: Long indépendant, plusieurs questions mixage festival

Message non lu par Eliotbt »

Super Rod, tu m'apportes vraiment des réponses limpides et utiles sur chaque point.
Rhodes a écrit : 21 nov. 2021, 21:02
1 -Quant à Audition, ça fait très longtemps que j'ai lâché mais ça doit faire l'affaire et surtout ça te simplifiera le workflow et ça te gardera dans un environnement que tu maîtrise donc.
C'est plutôt ce que je me suis dit également
Rhodes a écrit : 21 nov. 2021, 21:02
2 - La vraie question est : fais-tu le choix du stéréo parce que tu n'as que deux enceintes / un casque, ou que les autres configurations te semblent hors de ta portée, ou le fais-tu par choix artistique ?
J'aurai tendance à privilégier le LCR, car oui on isole la voix et les présences (frottements des vêtements, etc) au centre en configuration cinéma.
Le LCR te permettra surtout je pense, dans ton cas, d'isoler la voix et donc de réduire la proportion de "pollution" qu'un mixage inexpérimenté pourrait y apporter.
Le stéréo serait effectivement par praticité et volonté de conserver un minimum de spatialisation, d'autant plus que -comme je l'ai dit- j'ai cru comprendre que les équipements de projection permettaient de recentrer une copie stéréo et que ça se passait très bien (à condition que le projectionniste fasse ses réglages). Pourrais-tu me confirmer que ces informations sont corrects si tu le sais ?

Après, si LCR sera foncièrement mieux et que ça te parait faisable pour un novice via adobe audition, je peux tenter la dessus (faudra effectivement que je vois comment me bricoler une installation dans ce cas).
De même que si un mono peut avoir un rendu très correct en salle, je pourrais faire le sacrifice de la spatialisation si un LCR est hors de ma porté et qu'un stéréo est risqué, en espérant un remixage complet peut être plus tard.


Merci beaucoup pour tes conseils au point 4.

Rhodes a écrit : 21 nov. 2021, 21:02 Mais tu dois te douter qu'en tant que professionnel, il est difficile pour moi de facilement cautionner de ne pas laisser un professionnel s'occuper de ces tâches.

Le montage son et le mixage, surtout pour un long métrage à des visées de festival (donc professionnelles) sont les tâches de professionnels disposant de matériel adapté. Ce n'est pas par défense de notre pré-carré mais surtout pour pouvoir rendre au mieux justice au travail qui a été fait précédemment dans le projet.
Tu sais, dans les projets amateurs/semi-pro, il n'y a que trois possibilités :
-Ne rien faire
-Avoir beaucoup d'amis et de gens très dévoués que tu peux exploiter bénévolement durant des semaines (je l'ai déjà fait pour d'autres en tant que technicien, et de bon cœur, mais je n'ai pas eu la volonté de reprendre ce schéma)
-Faire le plus possible soi-même et prévoir une histoire qui demande peu de ressources humaines, logistiques et matérielles. C'est le choix que j'ai fait et que je ne regrette pas (d'autant plus quand le covid est tombé en milieu de production poussant à tout rechambouler).

Après si une âme extrêmement dévouée se sent ici de mixer un petit long métrage, qui me parait plutôt de bonne qualité et ne contient pas tant de prises audio que ça, qu'il se présente ! Mais toujours est il que je n'ai pas les ressources financières pour payer ça dans les tarifs professionnels, et qu'il faut bien que j'ai qqc à présenter à de potentiels diffuseurs/producteurs/festivals, dans l'optique peut être d'avoir les moyens d'un mix de meilleure qualité ensuite.

Rhodes a écrit : 21 nov. 2021, 21:02 Le spectateur peut s’accommoder de problèmes d'image, rarement voire jamais de problèmes de son.
+
J'essayais surtout de mettre en avant que notre travail est une succession de couches d'actes techniques et d'expérience, de matériel adapté et de vérifications diverses qui font un résultat gratifiant pour l'ensemble du travail réalisé, et audible pour le spectateur.
Je prolonge ce que dit MarcV, et sans aucun mépris pour les métiers du son, mais on parle ici d'un contexte entre une image correcte/passable et un son correct/passable. Et dans ce cas de figure je pense très sincèrement que l'image sera plus un problème que le son pour les spectateurs. Il est courant de dire (pour la blague) que les audiophiles font des trucs que seul eux entendent. Ca m'a bien surpris de voir que des mixs monos en salle existaient encore, même pour des longs à budgets. Je pense que le moindre mix équilibré pourra contenter la majorité des spectateurs, quand le travail d'image connait plus de contraintes pour en arriver là, même si les réals et opérateurs sont souvent -malheureusement- bien plus intéressés, formés et prévoyants pour le travail d'image.
Bref, ça n'est pas le sujet de ce post de toute façon.
Avatar de l’utilisateur
Papalou
+2 VU
+2 VU
Messages : 2161
Inscription : 18 mars 2005, 19:32

Re: Long indépendant, plusieurs questions mixage festival

Message non lu par Papalou »

Eliotbt a écrit : 23 nov. 2021, 04:38 j'ai cru comprendre que les équipements de projection permettaient de recentrer une copie stéréo et que ça se passait très bien (à condition que le projectionniste fasse ses réglages). Pourrais-tu me confirmer que ces informations sont corrects si tu le sais ?
Je ne sais pas qui t'a dit cela, mais ce n'est pas le cas, et les projectionnistes, sans leur faire offense, ne sont absolument pas formés à toucher le routing du mixage d'un DCP.

Si je peux me permettre un conseil, à ta place je mixerais en mono, et mettrais le tout dans le LCR (donc la même chose dans les 3 canaux de façade), et préparerais 3 pistes vides pour les arrières et le LFE.
Batterie de cuisine Lagostina - Mixeur Kenwood - Four Sauter - etc...
Avatar de l’utilisateur
Rhodes
-10 VU
-10 VU
Messages : 128
Inscription : 06 mai 2020, 20:25
Localisation : Marseille

Re: Long indépendant, plusieurs questions mixage festival

Message non lu par Rhodes »

Je faisais surtout mon laïus pour m'assurer que tu saches bien que le son, c'est important. Et je comprends bien tes nécessités, je vois juste trop souvent la réflexion "oh le son, ça va, c'est pas si compliqué". Tu sembles être bien conscient de tout ça donc ça me va.

Je rejoins Papalou, les projectionnistes ne sont pas formés à, mais surtout n'ont absolument pas à toucher au DCP, le DCP doit être prêt à l'emploi.

Tu peux effectivement faire du mono, retiens juste bien que comme je le disais, si plus tard un mixeur doit te sortir un 5.1, il faudra refaire le montage son ou du moins beaucoup l'agrémenter.

Rod.
Eliotbt
-20 VU
-20 VU
Messages : 3
Inscription : 20 nov. 2021, 10:55

Re: Long indépendant, plusieurs questions mixage festival

Message non lu par Eliotbt »

Papalou a écrit : 23 nov. 2021, 10:58 Je ne sais pas qui t'a dit cela, mais ce n'est pas le cas, et les projectionnistes, sans leur faire offense, ne sont absolument pas formés à toucher le routing du mixage d'un DCP.
Je l'ai lu ici : https://www.sounddesigners.org/fr/forum ... -9404.html

"Si tu diffuse de la stéréo, elle sera fatalement décodée en Dolby, ce qui, souvent, se passe très bien. (Quoi qu'en diffusion numérique, ce n'est pas automatique, il faut que le projectionniste le décide et route en conséquence)."

Je crois avoir vu passer la même information une ou deux fois sur un forum anglais également.
Papalou a écrit : 23 nov. 2021, 10:58
Si je peux me permettre un conseil, à ta place je mixerais en mono, et mettrais le tout dans le LCR (donc la même chose dans les 3 canaux de façade), et préparerais 3 pistes vides pour les arrières et le LFE.
Merci pour le conseil, je vais peut être me diriger vers ça. Cependant cela serait il possible de par exemple baisser un R (provenant de mon mix mono) de x % ponctuellement si je veux quand même signifier un son plus fort ou provenant de L ? Ou trop risqué/mauvais rendu assuré ?
Rhodes a écrit : 23 nov. 2021, 15:54 Tu sembles être bien conscient de tout ça donc ça me va.
J'ai commencé le métier par la prise de son (mais pas le mixage malheureusement) ! :)
Rhodes a écrit : 23 nov. 2021, 15:54 [...] retiens juste bien que comme je le disais, si plus tard un mixeur doit te sortir un 5.1, il faudra refaire le montage son ou du moins beaucoup l'agrémenter.
Je n'y peux rien de toute façon ?
Avatar de l’utilisateur
Papalou
+2 VU
+2 VU
Messages : 2161
Inscription : 18 mars 2005, 19:32

Re: Long indépendant, plusieurs questions mixage festival

Message non lu par Papalou »

Eliotbt a écrit : 24 nov. 2021, 04:30
Papalou a écrit : 23 nov. 2021, 10:58 Je ne sais pas qui t'a dit cela, mais ce n'est pas le cas, et les projectionnistes, sans leur faire offense, ne sont absolument pas formés à toucher le routing du mixage d'un DCP.
Je l'ai lu ici : https://www.sounddesigners.org/fr/forum ... -9404.html

"Si tu diffuse de la stéréo, elle sera fatalement décodée en Dolby, ce qui, souvent, se passe très bien. (Quoi qu'en diffusion numérique, ce n'est pas automatique, il faut que le projectionniste le décide et route en conséquence)."
Ça date de 2012, et faisait référence à un LtRt matricé.
Si tu livres un DCP avec mixage stéréo, il sera lu tel quel.
Eliotbt a écrit : 24 nov. 2021, 04:30
Papalou a écrit : 23 nov. 2021, 10:58
Si je peux me permettre un conseil, à ta place je mixerais en mono, et mettrais le tout dans le LCR (donc la même chose dans les 3 canaux de façade), et préparerais 3 pistes vides pour les arrières et le LFE.
Merci pour le conseil, je vais peut être me diriger vers ça. Cependant cela serait il possible de par exemple baisser un R (provenant de mon mix mono) de x % ponctuellement si je veux quand même signifier un son plus fort ou provenant de L ? Ou trop risqué/mauvais rendu assuré ?
C'est une question de "transportabilité".
Tu as des salles de cinéma larges, étroites, courtes, profondes, avec des premiers rangs plus ou moins proches... Ton mixage est censé s'adresser à tous les spectateurs, quel que soit la géométrie de la salle et la place où ils sont assis. Un bon mono réparti dans la façade, ça marchera partout et pour tout le monde. Tu peux éventuellement baisser un peux le LR par rapport au centre.
Pour répondre plus précisément à ta question, si tu veux qu'à un moment L soit plus fort, ça ne marchera pas forcément pour ceux qui sont proches de l'écran et à droite dans la salle si celle-ci est large.
Batterie de cuisine Lagostina - Mixeur Kenwood - Four Sauter - etc...
thom_fourel
Donateur en Bronze
Donateur en Bronze
Messages : 258
Inscription : 22 août 2006, 17:47

Re: Long indépendant, plusieurs questions mixage festival

Message non lu par thom_fourel »

Papalou a écrit : 23 nov. 2021, 10:58
Je ne sais pas qui t'a dit cela, mais ce n'est pas le cas, et les projectionnistes, sans leur faire offense, ne sont absolument pas formés à toucher le routing du mixage d'un DCP.

Si je peux me permettre un conseil, à ta place je mixerais en mono, et mettrais le tout dans le LCR (donc la même chose dans les 3 canaux de façade), et préparerais 3 pistes vides pour les arrières et le LFE.
Pourquoi mixer en mono mais mettre la même chose dans les 3 canaux du LCR ? Quitte à mixer en mono, autant tout mettre dans le C et rien ailleurs, sinon les spectateurs en salle vont avoir de drôles de sensation s'ils sont trop décalés par rapport au centre, sur la provenance des voix, non ?

C'est d'ailleurs le même problème si tu colles une simple stéréo de façade LR : écouter un LR en salle a pour inconvénient de n'être possible que pour quelques personnes bien placées au centre. Pour le reste de la salle, c'est assez désagréable en terme de balance gauche droite.

Toutes ces questions dépendent de ta matière aussi : si pas de musiques et d'ambiances stéréophoniques ou d'effets stéréophoniques, et des prises de direct en mono, autant mixer en mono, vraiment. La monophonie peut être très belle, et surtout elle a longtemps été le format de diffusion du cinéma, après tout. Si le film joue beaucoup avec les musiques et la largeur, même en façade, une solution peut aussi être de travailler au mieux un mix stéréo, mais de le dématricer comme si c'était un LtRt, pour coller quelque chose d'un peu plus large sur ton DCP, notamment pour les musiques. Évidemment, ce dématriçage qu'on peut faire par plug-in de nos jours, serait une étape à vérifier en la faisant dans un endroit où tu peux écouter ce que ça donne, avant de mouliner le DCP. Mais disons que ça peut être une solution où tu ne passes par un studio pour vérifier que sur un temps court.
Répondre